Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog des écoles Les Petits Lutins et Les Trois Chênes de la Salvetat Saint Gilles

Blog des écoles Les Petits Lutins et Les Trois Chênes de la Salvetat Saint Gilles

N'hésitez pas à nous contacter : lutins.3chenes@gmail.com (RPE) ou association.peluche@gmail.com (PELUCHE)


Compte rendu commission restauration du 15 octobre 2013 par les RPE Petits Lutins

Publié par Ecoles des sur 6 Décembre 2013, 16:53pm

Catégories : #Restauration

Compte Rendu COMMISSION RESTAURATION du 15 octobre 2013

 

 

Sont présents :

Mr Jouan : responsable de la restauration scolaire

Nathalie Zamora : coordinatrice du service enfance

Claudine Vacher : Maire Adjointe au service Enfance et Jeunesse

Directrice de Marie Curie

Directrice des Petits Lutins

Directrice de Condorcet

 

2 représentants des 3 chênes

2 représentants des Petits Lutins

 

3 représentants de Condorcet

1 représentant de Marie Curie

 

ORGANISATION GENERALE

 

3 commissions par an :

 

- 15 octobre 2013 19h00

- 9 janvier 2014 19h00

- 15 mai 2014 19h00

 

Mme Vacher indique que pour toute question et/ou souci particulier elle se tient à disposition et prend rendez vous rapidement avec les parents qui souhaitent la rencontrer (en général, dans la semaine)

Mr Jouan confirme qu’il est aussi disponible et joignable pour toute question et/ou remarque

 

Rappel : la Restauration Scolaire prépare 800 repas par jour pour les 4 écoles le matin, sur place (livré pour les 2 écoles des Hautes de St Gilles)

 

REPONSES AUX QUESTIONS

 

1/« les menus comportent  4 éléments et si PEU DE FRUITS FRAIS. Je trouve une aberration de voir 2 desserts type : fromage, crème de marron ou yaourts, crème chocolat. En moyenne un seul fruit frais par semaine l année dernière et pas toujours de saison ... Alors que nous avons tellement de producteurs locaux ... »

 

  • Mr Jouan, informe qu’il se sert en priorité chez les fournisseurs locaux et/ou régionaux. il tient compte de la proximité et de la saison.

Quand sur le menu il est indiqué « fruits de saison » il ne peut pas spécifier à l’avance LE fruit car cela dépend des récoltes (ex : en novembre il a prévu du raisin, mais comme il ne peut pas savoir à l’avance s’il aura le stock nécessaire, il indique à la place la mention « fruits de saison »)

 

2/ « Les enfants se plaignent que les pâtes sont trop grasses. » 

  • Mr Jouan explique qu’au vu de la quantité importante de pâtes produites, cela est nécessaire pour que celles-ci ne soient pas collantes »

 

« Peut être que lors du service, certains enfants ont le fond de cuve, donc plus gras ? »

  • C’est impossible, car les équipes sont briefées pour ne pas servir les fonds de cuve

 

3/ «  Est il possible d’avoir une alerte sur le compte S.A.B.I.N.E qui préviendrait les parents, par exemple quand il reste 10 € sur le compte ? »

 

  • Mme Vacher rappelle le coût élevé du système S.A.B.I.N.E et que l’ajout d’une alerte aurait un coût supplémentaire.

  • Elle tient à souligner que ce système privilégie une restauration « à la carte » car au jour le jour et non au mois. Il est nécessaire que les parents soient autonomes.

  • Elle informe que sur le site internet de la mairie, un tableau d’évaluation du coût au mois selon le nombre de jour de repas est à disposition : les parents peuvent donc prévoir le montant nécessaire.

  • Ce tableau prévisionnel est aussi disponible sur demande à la Mairie.

 

4/ «  Je trouve inadmissible que mes enfants mangent moins car certains parents/enfants n’ont pas badgé le matin pour la restauration scolaire » (3 chênes)

 

  • Mr Jouan confirme que cela n’est pas normal. Il informe qu’au quotidien il prévoit 10% de marge en plus de repas produits pour anticiper ces oublis et éviter de rationner les autres enfants

  • Or récemment sur une journée (« raviolis ») les enfants ont été rationnés car le nombre d’enfants non prévus à midi était très conséquent.

 

  • Par exemple, sur la journée du 15 octobre, sur les Hauts de St Gilles 25 enfants non inscrits ont quand même mangé à la cantine.

 

  • Mme Bertrand explique que ce sont les enfants des 3 chênes qui badgent, et non les parents. L’infrastructure de l’école ne privilégie pas le badgeage: les bornes ne peuvent pas être à l’extérieur car déjà vandalisées, elles se trouvent au fond d’un couloir près de la cour donc les enfants oublient souvent de badger pour aller jouer avec les autres enfants.

 

  • Mme Vacher intervient sur l’importance de responsabiliser les parents : elle souhaite lister les noms des enfants qui oublient de badger, voir si c’est un oubli ponctuel ou récurrent. Si c’est récurrent elle envisage de convoquer les parents un samedi matin à la mairie afin de rappeler les règles de fonctionnement.

 

5/ « le prix du repas quand le quotient familial est au plafond (ou plancher) est le plus cher de toutes les communes environnantes …. 4euros 15 pour des maternelles qui ne mangent rien … et cela ne cesse d’augmenter … même certains restaurants d’entreprises font mieux… »

 

  • Mr Jouan répond que les restaurants d’entreprise ont un budget adapté et prévu pour avoir des prix plus bas.

  • Pour rappel, 50% du prix du repas est pris en charge par la mairie. Le repas entier coûte quasiment 10€. Dans le prix payé par les parents sont inclus les frais annexes au personnel de service (env 16 personnes) mais aussi la partie du personnel du CLAE. (env 1€20)

 

6/  « certains enfants racontent qu’ils ont ½ banane au dessert et non pas une banane entière »

 

  • Pour les petites sections, ½ banane est prévue par enfant pour éviter le gaspillage. En revanche, les plus grands ont 1 banane entière SAUF si c’est à la demande de l’enfant, à ce moment-là ½ banane lui est servi.

 

7/ «  une maman est venue chercher son enfant malade à l’heure du repas. On lui a claqué la porte du réfectoire. Je trouve qu’il n’est pas normal que les parents n’aient pas accès comme ils le souhaitent à la cantine »

 

  • Nathalie Zamora répond que l’accueil réservé à cette maman n’est pas normal sur la forme car on ne doit pas lui claquer la porte au nez, toutefois sur le fond il est normal que les parents n’aient pas accès comme ils le souhaitent et quand ils le souhaitent à la cantine.

  • Il s’agit d’une part d’une sécurité pour les enfants et les accompagnants mais aussi de respecter l’organisation à l’heure du repas et l’intimité de chaque enfant.

 

«  Chaque parent devrait pouvoir venir à l’improviste pour voir comment se passe le repas, car quand on prévient que l’on vient manger tout est organisé à l’avance »

 

  • Mr Jouan déclare que le repas et le service seraient faits de la même façon, que les parents aient prévenus ou pas.

  • Nathalie Zamora relève qu’elle interpellée par cette question car cela sous-entend qu’il y a un problème de confiance de la part des parents ; or que nous devons tous travailler en totale confiance, et que cette proposition est proche de celle d’un contrôle par vidéo surveillance….

 

PASSAGE EN REVUE DU MENU DE NOVEMBRE A JANVIER

 

Les intitulés des plats sont plus simples : pas besoin d’intitulés ronflants pour des menus enfants

 

Le choix a été fait d’intégrer 5 éléments pour être sûr que les enfants en mangent au moins 4 (avant ils mangeaient à peine 3 éléments du repas)

 

Chaque menu est étudié par la diététicienne afin de les rendre équilibrés mais aussi accessibles en terme de goût pour les enfants.

 

Mr Jouan indique qu’à terme les normes de la restauration collective vont évoluer vers des menus avec des grammages spécifiques à chaque aliment.

En maternelle, le service se fait à l’assiette afin que chaque enfant goûte au moins de tout, et si l’enfant aime il est resservi.

Nathalie Zamora explique que lorsqu’ un enfant ne mange pas régulièrement et que cela devient problématique, elle interpelle les parents pour les alerter.

 

8/ « Vous avez gardé le traditionnel poisson le vendredi. Pourquoi ne pas intégrer le poisson, en plus, d’autres jours ? »

 

  • La restauration scolaire s’occupe aussi de porter les repas aux personnes âgées, d’où le souhait de conserver le poisson le vendredi.

  • Les autres jours, le poisson n’étant pas le plat préféré des enfants, on le retrouve dans le menu du vendredi seulement.

  • Mr Jouan rappelle que les enfants mangent 4 jours par semaine et peuvent manger du poisson à la maison.

 

9/ « le poisson est- il frais ? »

 

  • Non. Pour des raisons de budget, le poisson frais étant très cher, seul du poisson surgelé est proposé.

  • De plus, avec le poisson frais la traçabilité est difficile donc aucune prise de risque.

  • Pour rappel, une semaine sur deux le poisson est en  « friture ». (beignets, nuggets …)

Une idée de plat de brandade de morue avec des croûtons est proposée par un parent d’élève. Mr Jouan en prend note pour l’intégrer dans les menus, cela permettrait d’espacer le poisson frit.

 

Madame Vacher confirme le choix de conserver à chaque rentrée scolaire le repas steak frites et glace car la notion de plaisir est très importante pour les enfants.

 

Pour la semaine du goût, le menu entier du Jeudi 17 octobre est consacré à la découverte de l’acide, du sucré, de l’amer et du salé.

 

10/ « Pourquoi ce choix de faire la semaine du goût sur une journée seulement et non pas sur les 4 repas de la semaine ? »

 

  • Si les enfants n’aiment pas : sur une semaine cela sera un gros gaspillage, alors que mieux contrôlé sur une journée.

 

Un repas surprise de fin d’année est prévu avant le départ des vacances de noël.

 

 

Dégustation de petits fours et boissons + visite des 2 réfectoires avec explications des travaux d’insonorisation effectués cet été. Les réfectoires sont très esthétiques et conviviaux (décorations murales colorées, enfantines et ludiques)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents